Google Tag Manager (le gestionnaire de balises de Google) est un outil puissant qui vous donne les moyens de créer et de mettre à jour les balises de votre site internet, ainsi que de vos applications mobiles. Passer à Google Tag Manager ne doit pas pour autant se faire de manière hâtive sans une bonne préparation en amont. Gratuit, rapide et proposant une excellente intégration avec Analytics et Adwords, GTM ne révélera sa vraie puissance qu’à ceux qui prennent les précautions nécessaires.

Google Tag Manager et la sécurité

Avec GTM, vous pouvez facilement contourner toutes les restrictions habituelles qui empêchent l’ajout de code sur votre site. En clair, si quelqu’un pirate votre compte Google Tag Manager, votre site aura disparu en quelques secondes, et vous risquez alors de voir des Trojan être distribués, ou le trafic redirigé. Bien protéger son accès à Google Tag Manager est un problème de sécurité énorme pour certaines entreprises.

Optez pour une authentification avec double vérification. Concrètement, en essayant de vous connecter, un SMS ou un e-mail qui contient un lien qui doit être cliqué avant de pouvoir publier sur le système en direct est envoyé. Un bon moyen d’éviter de se faire pirater depuis un cyber-café Russe.

Google Tag Manager et le travail en mode projet

Certaines entreprises (c’est peut-être votre cas) veulent être en mesure de donner à l’équipe de marketing le droit de publier sur la plate-forme de test, mais pas directement sur le site. Cela est impossible dans Google Tag Manager. Est-il possible alors de publier un tag et de le rendre « live » après une validation par un utilisateur en particulier ? Non plus. Google Tag Manager n’est pas totalement adapté pour le fonctionnement en workflow.

Google Tag Manager et les autres outils de webanalyse

Dans GTM, vous avez la possibilité de remplir des balises rapidement. Une méthode « clé en mains » qui consiste à remplir des champs pour générer les balises et éviter les erreurs. Pratique, mais cela possède quelques limites :

  1. Si votre outil de webanalyse n’est pas Google Analytics, alors vous risquez de passer quelques heures difficiles à implémenter le suivi dans Google Tag Manager
  2. Vous devez utiliser un champ personnalisé (custom HTML) pour coller vos codes JavaScript, ce qui suppose qu’une personne de l’IT vérifie les balises avant de les envoyer en ligne. Vous perdez alors l’un des principaux intérêts de Google Tag Manager, la vitesse.

Centré autour de Google Analytics,GTM ne propose pas une véritable gestion orientée projet, et demande une attention particulière en ce qui concerne la sécurité. Veillez à bien valider des points pour en tirer le meilleur.

Passez 15mn avec l'un de nos experts

DÉMARRER MAINTENANT