A chaque fois que vous regardez vos rapports de visite dans Google Analytics, la part du trafic direct vous étonne. La part des visiteurs qui tapent directement l’adresse de votre site et accèdent à celui-ci sans intermédiaire atteint 10, 15 ou 20% de votre trafic ? Étonnant. Mais surtout, faux.  Le trafic direct que vous voyez dans Google Analytics n’est pas fiable à 100%. Il est faussé et mal catégorisé. Voici comment lutter contre ce phénomène.

Qu’est ce que le trafic direct ?

Commençons par définir le trafic direct. Il ne s’agit pas uniquement des visites enregistrées lorsqu’un internaute rentre directement l’url de votre page dans son navigateur. Le trafic direct ne se limite pas non plus aux visites réalisées suite à un clic sur un lien mis en favoris. En réalité, les sessions directes sont un peu les sessions “par défaut” dans Google Analytics. Dès lors que GA ne peut pas déterminer le couple source / support d’une visite, il la catégorise en accès direct. Pratique. Enfin, pas vraiment pour mener une interprétation de qualité.

Les cas qui mènent à la création d’une visite qualifiée de “trafic direct” :

  • Si un internaute clique sur un lien contenu dans un email (en fonction du service) ;
  • Lorsque la visite se fait depuis un lien contenu dans un document Microsoft Office ou PDF ;
  • Si l’accès au site se fait à partir d’une URL raccourcie (en fonction du service raccourcisseur d’url) ;
  • En cliquant sur un lien depuis un mobile dans une application sociale comme Facebook ou Twitter. En effet, de nombreuses applications pour smartphones ne communiquent pas les informations de referrer ;
  • Dans le cas où vous accédez à un site non sécurisé (http) à partir d’un lien sur un site sécurisé (https) ;
  • Parfois, l’accès à un site à partir de la recherche naturelle peut générer une visite directe, souvent à cause de problèmes de navigateur.

Comme vous pouvez le voir, le trafic direct peut englober un large éventail de sources, y compris des sources que vous auriez aimé suivre dans Google Analytics de manière indépendante. Bien que vous ne puissiez pas récupérer les sources exactes pour la totalité de votre trafic direct, vous pouvez prendre des mesures pour disposer d’un suivi plus précis du trafic.

Comment retrouver un trafic direct de qualité ?

Pour améliorer la qualité des données, et notamment disposer des informations de source et de support, il est possible d’utiliser la création d’url personnalisées.

Vous pouvez créer des url  contenant des paramètres de tracking avancés, dans le cadre de campagnes particulières. Prenons un exemple concret. Lors de l’envoi de votre newsletter du mois de décembre, vous pouvez éviter de voir toutes les visites générées par cette campagne catégories en “trafic direct” en ajoutant des paramètres qui feront remonter comme source “Newsletter” et comme support “Email”. Vous pourrez même différencier votre newsletter de décembre avec celle de janvier en ajoutant, selon la campagne, le paramètre “nom de la campagne” égal à décembre ou janvier. Vous pouvez générer ces paramètres de campagne personnalisés via l’Outil de création d’URL de Google (gratuit).

Il est possible d’ajouter des paramètres manuellement (via l’outil de création d’url dont nous venons de parler), mais aussi à la volée, directement dans certains logiciels ou solutions. C’est le cas par exemple pour Mailchimp (gestionnaire d’envois d’e-mail) mais aussi sur certaines plateformes de gestion des réseaux sociaux.

Pourquoi aller fouiller dans votre trafic direct pour essayer de l’améliorer ? Car ce dernier est un indicateur de notoriété fort pour votre entreprise. Tant que vous ne disposez pas d’une vision réaliste de votre trafic direct, son interprétation doit être nuancée. Une forte hausse du trafic direct peut être lié à un problème ou à l’absence de tracking, que vous devez corriger. En effet, si vous créez une vaste campagne de communication print avec votre site clairement visible, et que vous souhaitez suivre l’évolution des accès directs dans le temps, votre analyse sera faussée… Idem si l’url de votre site est visible dans le cadre d’un partenariat, sur des véhicules de société…

Vous préférez prendre des décisions avec des données erronées ?
Vous préférez garder dans vos rapports de visite un trafic direct qui ressemble à un fourre-tout géant ?
Alors vous passez à côté de nombreuses opportunités…

Alphalyr

 

[alert-success]Lire aussi : 6 étapes pour piloter votre stratégie de contenu par la data et Qu’est ce qu’une DMP (Data Management Plateform) ?[/alert-success]

DÉMARRER MAINTENANT