Les marketeurs sont-ils moteurs de la transformation digitale ? Oui, ils devraient l’être, mais la réalité est malheureusement contrastée. La révolution du digitale se fait encore trop en surface, mais ce sont bien des actions en profondeur, initiées par le service marketing, qui doivent animer les entreprises.

Les attentes des clients liées au digital

Les entreprises poursuivent leur transformation digitale. Bonne nouvelle. Il suffit de surveiller l’actualité liée au numérique pour voir que les initiatives se multiplient. Entre les recrutements de profils numériques, l’organisation de hackathons, des passerelles avec des incubateurs ou encore l’équipement de TPE et PME avec des solutions de data-visualisation, on voit clairement que la transformation digitale est en marche. Le problème, c’est que la transformation ne va pas assez vite.

La technologie progresse de façon exponentielle, mais les entreprises intègrent les changements de manière linéaire, logarithmique (lire à ce sujet Martec’s Law: Technology changes exponentially, organizations change logarithmically).

Il est difficile de mesurer la vitesse du progrès technologique, mais nous ressentons tous, dans notre quotidien, la croissance forte des outils. Mais en parallèle, il faut du temps pour que les entreprises modifient leur façon de penser et leur comportement. Les difficultés pour opérer un changement personnel et organisationnel, ce n’est pas nouveau. Mais alors, comment mener le changement ? En initiant le mouvement depuis le service marketing.

Le marketing, le poumon de la transformation digitale

Le service marketing est LE lien avec le terrain, le département de l’entreprise qui assure le mieux la traduction de la stratégie et des valeurs de la marque en actions pour les consommateurs. A lui donc d’être la clé de la transformation digitale. Le cœur ? Le poumon, pour donner de l’élan et insuffler une vraie bouffée d’air pur.

Il faut ainsi de nouveaux outils marketing, mais aussi de nouvelles méthodes marketing.

Le principal, frein des marketeurs, outre les freins organisationnels, sont liés à une certaine difficulté à se tenir informé des évolutions. « Si 80% des professionnels interrogés considèrent la transformation digitale avant tout comme une source d’opportunités nouvelles, ils sont plus de la moitié (52%) à avouer subir ces changements plutôt que d’en être acteur » peut-on lire dans l’article « Transformation digitale : Les marketeurs ont du mal à suivre » sur le site comarketing-news.fr.

Face à une révolution qui est en marche, le sentiment de découragement est logique. Mais il faut le dépasser. Pour cela, compter sur des partenaires spécialistes, qui sont proactifs, est une réponse.

DÉMARRER MAINTENANT