“CPA : 5% de la vente HT hors frais de port”

“Bannières et kit mailing dispo”

“Nouveau challenge affiliés !” 

Ah ça on ne vous l’enlèvera pas, et on le sait bien chez Alphalyr : vous les chouchoutez, vos campagnes d’affiliation

Vous peaufinez votre offre, vos visuels, vos éléments créatifs, vous calculez THE rémunération pour agiter votre réseau de sites éditeurs, vous avez trouvé un nom génial de campagne à mettre en avant… 

YOUHOU

… votre campagne d’affiliation va cartonner, pas vrai ? 

Mais c’est sans compter un petit détail que beaucoup oublient, même les “médaillés d’or de l’acquisition” parmi vous.

Oh, pas grand chose, hein : juste la disparition de 40% de vos bénéfices, qui tombent directement dans la poche de profiteurs voire de fraudeurs (on va y revenir), avec la bénédiction et/ou le silence d’une partie de la chaîne.

C’est l’équivalent d’installer le lave-linge le plus économe en énergie, mais de laisser votre tuyau d’arrivée d’eau fuir h24 discrètement dans un coin de votre salle de bain. 

Vous voyez le souci. 

Et parce que c’est tout sauf une situation marginale (comprendre : a priori, vous êtes concerné(e)), on vous décrypte la crème des arnaques et petits arrangements en affiliation e-commerce – et comment y remédier.

1) Footer Expand, faux lookalike et distribution générale de cookies 🍪

De nombreux prestataires vous proposent des technologies très abouties et du lookalike relativement onéreux. Jusqu’ici remarquez, rien de choquant : l’acquisition de clients coûte plus cher que de retoucher des bases existantes.

Le problème est qu’il est très fréquent que ces mêmes prestataires vous vendent en fait du retargeting à prix d’or, et ce de manière pas très “propre”.

L’abus le plus répandu est d’utiliser le Footer Expand, ce format de bannière publicitaire qui apparaît en sur-impression en bas de page et s’agrandit au passage de l’internaute, pour déposer un cookie alors que le visiteur n’a pas cliqué.

Cette technique cannibalise énormément les transactions des clients. Comment s’en rend-on compte avec notre solution Marketing Studio ? 

En analysant le rôle du levier dans la transaction : du lookalike doit arriver en début de parcours (initiateur), alors que le retargeting est passeur ou buteur. Si le levier remonte dans notre système comme passeur / buteur, ce n’est a priori pas du lookalike.  

Autre point à surveiller : le ratio entre les clics et les campagnes. Normalement, sur des campagnes lookalike, le taux de clics est relativement faible car il s’agit de display. Mais si la technique du Footer Expand est utilisée de manière abusive (dépôt de cookies à tout-va), le taux de clics explose anormalement et est accompagné d’un taux de rebond très élevé. 

Enfin, notre algorithme examine le pourcentage entre anciens et nouveaux clients : le lookalike doit apporter un flux de nouveaux clients, ce qui ne sera pas le cas si le prestataire a fait du retargeting. Ce point est difficilement repérable si vous n’utilisez que Google Analytics. Vous verrez bien des ventes supplémentaires, mais vous les aurez payées bien trop cher. 

On résume :

> un prestataire vend du lookalike mais affiche du retargeting

> le footer expand dépose un cookie non sollicité, puisque l’internaute n’a rien cliqué

Cette fraude peut être présente dès le départ (lorsque l’on installe la solution pour des actions correctives), mais aussi survenir tout au long de la vie du site e-commerce, lorsque de nouveaux partenaires entrent en jeu.

Là encore pas de panique : Marketing Studio veille au grain en temps réel ! Notre conseil : lors de la négociation de votre contrat, assurez-vous qu’amener plus de nouveaux clients que d’anciens (début du chemin de conversion) est une condition dès le départ, car il sera plus difficile de le contester ensuite même si vous avez des preuves de l’abus. 

Taux de clients e-commerçants concernés chez nous ? 80% ont déjà subi cette fraude. 

2) Payer une double commission via un Master Tag abusif (pixel au niveau du panier)

Cette fraude est très peu connue des e-commerçants et c’est bien dommage : elle leur coûte très cher à répétition s’ils en sont victimes.

Les plateformes demandent l’intégration d’un master tag, au sein duquel elle peut intégrer tous les éditeurs qu’elle souhaite.

Il est arrivé, même si nous ne citerons pas de noms pour des raisons évidentes, que des sites e-commerces se fassent doublement commissionner via un dépôt abusif de cookie et un pixel au niveau de la page panier.

Lorsque l’internaute convertit, la vente est attribuée.

Et le plus fou ?

Google Analytics attribue lui aussi la vente, car il s’agit du dernier levier 😭 !

Pour éviter de se faire détecter trop facilement, les prestataires qui utilisent cette technique de fraude au pixel panier mettent parfois en place une règle aléatoire pour ne pas le déclencher systématiquement. L’idée est d’obtenir 10 à 20% maximum des transactions de l’annonceur pour que tout ait l’air normal.

3) “My name is Bond. James. JB. Enfin, appelez-moi Hubert Bonisseur de La Bath” : déjouer les blacklists après avoir fraudé

Le cas est plus courant qu’on ne le pense :

De nombreux éditeurs blacklistés des plateformes d’affiliation (par les e-commerçants ou la plateforme elle-même) changent de nom, créent un autre éditeur avec un autre site Internet alors qu’il s’agit exactement du même prestataire… et recommencent à l’infini.

… mais pénible

4) Cookie stuffing sous stéroïdes (fraude à la performance)

C’est LA technique de fraude la plus prisée avant les périodes de soldes.

Des prestataires vous annoncent qu’ils font du display avec des bannières classiques. En réalité, ils vont faire du sliding, ce qui dépose un cookie alors que l’internaute n’a cliqué sur rien… et déclenche 30 jours de post view.

En touchant un maximum d’internautes à quelques jours ou semaines des soldes, qui représentent une grosse période d’achat, ces prestataires peu scrupuleux vont jouer sur un effet de masse et parvenir à récupérer 15-20% des ventes sur tous les annonceurs alors qu’il n’y a pas eu de ciblage.

Cette fraude à la performance vous oblige à rémunérer des ventes en post view “forcé” vs une approche post-clic ciblée.

Cela vous rappellera peut-être le scandale eBay il y a une petite dizaine d’années…

LA FRAUDE EN MATIÈRE DE
PUBLICITÉ DIGITALE SERAIT
AUJOURD’HUI L’ACTIVITÉ
ILLÉGALE LA PLUS LUCRATIVE
DU MONDE APRÈS LA DROGUE.

source – Livre Blanc CPA France… en 2017

5) Les fermes à clics et robots

Vous connaissez potentiellement plus cette fraude que d’autres que nous avons abordées dans cet article.

Certains e-mailers vont faire appel à des fermes à clics, qui sont payées pour cliquer sur les bannières afin que l’éditeur soit rémunéré.

Chez Alphalyr, on utilise Marketing Studio pour détecter automatiquement cette fraude grace aux adresses IP identifiées comme provenant de fermes à clics et de robots. Nos clients e-commerçants sont instantanément avertis et peuvent négocier dans la foulée pour ne pas payer ces clics.

Comment s’y prend-on ? En intégrant des connexions avancées avec des sites qui mettent à jour ces adresses IP liées aux fermes à clics. Notre algorithme surveille aussi les recrudescences suspicieuses de clics et les pays concernés.

6 – Les abus liés aux codes promo

Il s’agit ici plus d’abus que de fraude.

Nombreux sont les e-commerçants qui travaillent avec des sites spécialisés dans le relais de codes de réduction.

Bien souvent, ces codes ne sont pas à jour, ne fonctionnent pas ou sont tout simplement périmés. Or dès qu’il y a un clic sur l’URL, le cookie est déposé et la plateforme va prendre note du tracking.

Lorsque l’internaute arrive au niveau du panier, il s’aperçoit que le code ne fonctionne pas. Dans la majorité des cas, il va convertir quand même : le code promo est un bonus, mais il n’influence pas sa décision d’achat finale.

La plateforme attribue donc quand meme la vente au bon de réduction, même si le code n’était plus valide ou n’avait jamais existé.

Vous rétribuez donc un levier… pour rien.

L’algo développé par Alphalyr fait remonter les codes promotionnels utilisés et les analyse en fonction de la classification des leviers. Si le code ne fonctionne pas, la vente n’est pas attribuée : d’ailleurs, la plateforme ne reçoit même pas la transaction puisque nous la bloquons.

Si vous faites de l’affiliation avec une stratégie de codes promo, notez que l’on sauve ainsi 40% du budget en moyenne chez nos clients équipés de Marketing Studio !

7- Cashback et code promo au sein d’une même transaction

Les sites de codes promotionnels et les sites de cashback peuvent parfois intervenir sur une même transaction.

Par exemple, l’internaute recherche un code sur un site ou blog, puis passe par un site de cashback avant de valider son achat (ces derniers peuvent aussi disposer de codes qui leur sont propres, comme c’est le cas sur iGraal, Ebuyclub, Poulpeo, Widilo…).

L’e-commerçant doit alors sortir son portefeuille pour :

  • le code promo (qui abaisse le montant du panier)
  • la rétribution pour une partie du montant du panier déclenchée par le cashback

Marketing Studio sauve 25% du budget en moyenne sur ce type de transactions où la duplication code promotionnel / cashback peut coûter très cher à l’annonceur.

8 – L’achat de marque pour remonter dans les SERPs

La plupart des annonceurs interdisent l’achat de la marque et de ses dérivés pour éviter que certains éditeurs ne se positionnent en tête des résultats Google ou Bing en enchérissant sur leur nom.

Dans les faits, il arrive fréquemment que les sites de codes promo ou de plus petits éditeurs le fassent quand même… hors horaires de bureau, après 18h et très tôt le matin.

Aujourd’hui, il est possible de le voir manuellement. Nous travaillons néanmoins à automatiser la détection de cet abus par Marketing Studio – restez dans les parages, c’est pour bientôt !

Conclusion : l’affiliation est rentable, mais la fraude en amoindrit le ROI

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous avons créé Marketing Studio : l’attribution et le suivi de chaque levier est fondamental, mais la détection des abus et fraudes l’est tout autant, puisqu’elle permet d’économiser 30 à 50% de votre budget affil tout au long de l’année.

Contrairement aux autres solutions présentes sur le marché , Marketing Studio by Alphalyr monitore en temps réel vos différentes campagnes.

Ce point est essentiel et on ne le rappellera jamais assez : si vous détectez les fraudes a posteriori et non en temps réel, vous allez être conduit à annuler de nombreuses ventes, ce qui pose rapidement des problèmes majeurs tels que le refus des éditeurs de vous diffuser et des échanges houleux avec votre plateforme d’affiliation (d’autant que vous êtes contractuellement tenu de respecter un taux d’annulation plafonné).

A moyen et long termes, c’est prendre le risque de tout simplement tuer votre programme d’affiliation.

Marketing Studio résout ce problème en agissant instantanément, ce qui vous évite d’annuler des transactions à rebours auprès des éditeurs et de votre plateforme.

PS: si vous pensez à un type de fraude que nous n’avons pas abordé ici, contactez-nous pour nous faire part de votre retour d’expérience, ça nous intéresse et nous complèterons l’article en ce sens !

Prenez RDV dès maintenant avec notre experte Marie-Lou, co-fondatrice d’Alphalyr, pour voir comment Marketing Studio peut optimiser en profondeur la performance de vos campagnes d’affiliation 👇


DÉMARRER MAINTENANT