A moins d’être partis sur une île déserte ou sur l’un des deux pôles (et encore), vous n’avez sans doute pas échappé au phénomène Pokemon Go. Le jeu pour smartphone addictif, qui consiste à capturer des Pokemon et à combattre dans des arènes, utilise la réalité augmentée. Les joueurs se déplacent réellement pour capturer des Pokemon, placés aléatoirement sur Terre. Un vrai phénomène de société, dont les marques n’ont pas traîné à s’emparer. 

La grande distribution « dompte » Pokémon Go

Derrière le titre Pokemon Go, on retrouve deux entités,  The Pokémon Company et Niantic. Mais elles ne sont pas les seules à « exploiter » le buzz autour du jeu. Les enseignes de la grande distribution notamment se sont lancées dans la brèche. Puisque le jeu utilise la géolocalisation, il devient un outil web-to-store phénoménal. Entre les joueurs qui passent devant le magasin dans leur quête, ou qui font leurs courses par obligation mais ne pensent qu’aux Pokemon, il existe de réelles opportunités de communiquer sur ce phénomène. Exemple avec Monoprix. L’enseigne a édité le « kit du dresseur ». L’idée est simple : offrir gratuitement aux joueurs de la crème solaire, des pansements pour ampoule, de l’eau, et une barre de céréales. Avec le hashtag , l’opération a été relayée sur les réseaux sociaux. Plus d’un millier de curieux ont afflué devant le magasin organisateur de l’opération à Paris.

Plus classique, Carrefour ou Auchan ont promis des goodies et des cadeaux pour les joueurs qui ont trouvé des Pokemon dans les rayons de ces magasins. Bonne idée pour générer du trafic en magasin, et développer une relation personnelle. But a offert des bons d’achat aux dresseurs de Pokemon qui étaient les plus rapides à capturer une créature dans le magasin. 200 bons d’achat de 200 euros distribués.

Des partenariats à venir avec Pokémon Go

Arrivé en France le 24 juillet 2016, Pokémon Go connait un vif succès depuis son lancement. Mais le phénomène va t-il durer ? Oui ! Des partenariats avec des marques et enseignes sont à l’étude. Mathieu de Fayet, le vice-président de Niantic, voit dans son jeu une solution pour « ré-enchanter l’expérience en magasin« . McDonald’s est pressenti pour devenir le premier partenaire du jeu à l’échelle mondiale (un accord a été déjà conclu avec la chaîne de fast-food au Japon). Mais d’autres marques pourraient suivre. Les créateurs ont d’ailleurs invité les marques qui le souhaitent à se signaler, tout en prévenant que la sélection sera rude.

La réalité augmentée, couplée à la géolocalisation, pourrait permettre aux marques de devenir des acteurs du jeu. Imaginez qu’une pharmacie permette de soigner un Pokémon, ou qu’un passage par un restaurant permette de nourrir un Pokémon… Les contours de ces partenariats sont encore à définir. Une chose est sûre, il ne s’agira pas de publicité traditionnelle ou de couponing ! Mais les marques doivent anticiper les effets de masse et les attroupements qui peuvent être néfastes. Le raz-de-marée ne fait que commencer. Et une autre révolution s’amorce avec Snapchat. L’application de partage de photos et messages vidéos, qui connaît un très grand succès auprès de la génération Y, est elle aussi surveillée par de nombreuses marques. Pour engager la conversation avec ses consommateurs, une marque doit se glisser dans les applications préférées de ces derniers…

[alert-success]Lire aussi : Business intelligence et Big Data : quel apport des données pour les décideurs ? et Analyse prédictive et Big Data : prédisez le futur ![/alert-success]

DÉMARRER MAINTENANT