Méfiez vous du trafic direct

Vous pensez savoir ce qu’est le trafic direct ? Vous l’utilisez fréquemment dans vos tableaux de reporting comme une valeur importante ? Alors vous allez être surpris d’apprendre que le trafic direct que vous voyez dans Google Analytics n’est pas fiable à 100%.

Le trafic direct, un « fourre-tout » géant

Pour avoir une vision rapide des principaux canaux d’acquisition de votre site, vous avez pris l’habitude de vous rendre dans Google Analytics puis de cliquer sur Acquisition > Canaux. Là, tout le trafic de votre site internet est classé.

  • Les visites qui apparaissent dans « Moteurs de recherche » désignent les internautes qui sont arrivés sur votre site via Google, Yahoo ou encore Bing, pour ne citer que les principaux outils de recherche en ligne.
  • Le trafic via des « Sites référents » désigne les visiteurs qui sont passés via un lien sur un autre site pour venir jusqu’à vous.
  • Enfin, le trafic « Direct » désigne les visites réalisées par des internautes qui ont votre site en favori, ou qui ont entré l’adresse de votre site dans leur barre d’url.

Vraiment ? 

Groupon avait quelques doutes sur ce trafic direct qui semblait très important dans ses statistiques. Une décision radicale a été prise. Pendant 6 heures, le site a tout simplement été retiré des moteurs de recherche (désindexé) volontairement. Groupon s’attendait à observer une baisse de son trafic issu des moteurs de recherche, mais pas de variation des accès directs ni des accès via des sites référents. Et pourtant. Le trafic « direct » a chuté. Conclusion, Groupon estime que 60% du trafic identifié comme « direct » est en fait du trafic naturel.

Le trafic direct ne se limite pas aux internautes qui ont votre site en favori ou entrent l’adresse directement.
Le trafic direct désigne plus largement toutes les visites qui n’ont pas de « référant ». 

La véritable composition du trafic direct dans Google Analytics

Le trafic direct compile toutes les visites dans lesquelles le référant est absent..

  • Les liens envoyés par SMS, Skype, Google Talk ou tout autres système de messagerie en ligne n’ont pas de référants.
  • Les pages qui sont ouvertes en mode « navigation privée » après un clic sur un lien sont attribuées au trafic direct. Cela vaut aussi pour les campagnes payantes.
  • Des robots peuvent créer artificiellement du trafic, et être listés dans les accès directs.
  • Des sites référents que vous avez exclu de vos sources de trafic avec des filtres

Que faut-il en tirer comme leçon ? Gardez en tête que votre trafic direct est un indicateur de notoriété que son interprétation doit être nuancée. Une forte hausse du trafic direct peut être lié à un problème ou l’absence de tracking.

Passez 15mn avec l'un de nos experts

Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share