Le Spam referrer contamine vos rapports Analytics !

Les techniques de black SEO contaminent vos rapports et faussent vos analyses. Si vous n’apportez pas quelques modifications, vos rapports d’analyses seront faux. En effet, Google Analytics essaie d’être le plus propre possible, mais une part de votre trafic est artificielle, c’est une réalité. C’est notamment le cas à cause de certaines techniques SEO « Black Hat » comme le spam referrer. On vous explique tout.

Le spam referer pour gagner des visites et des backlinks

Si vous êtes un webmaster appliqué (et nous n’en doutons pas) vous êtes forcément curieux. Ainsi, lorsque que vous voyez un nouveau site qui vous rapporte du trafic dans vos rapports de Google Analytics, vous allez le visiter. Rien d’inhabituel, vous souhaitez savoir d’où viennent vos visiteurs et ce que l’on dit de vous ailleurs. Logique. Seulement, avec le spam referer, aucun trafic ne vous a vraiment été apporté, du moins pas de visiteurs humains.

Le spam-referrer consiste à trouver des sites web et à simuler des visites générées sur celui-ci depuis un site malveillant. En bon webmaster, vous allez visiter ce site qui vous apporte, en apparence, du trafic. Malheureusement, vous découvrez alors au choix un outil SEO à télécharger, des gadgets pour votre site, des ressources en supposées gratuites, etc… Bref, le spam referer simule du trafic sur votre site pour gagner des visites de la part des webmasters (vous) en retour. Mieux, cette technique permet aussi de gagner des liens ! En effet, certains sites donnent accès à leur statistiques de manière tout à fait publique ou affichent la provenance de leurs derniers visiteurs, avec l’adresse de la page d’origine. Les personnes qui utilisent le spam-referrer viennent simuler des visites et donc manipuler les données de Google Analytics ou de tout autre outil de suivi du trafic. En retour, si les statistiques sont publiques, et présentées dans un petit espace dans la sidebar ou en pied de page, alors le pirate peut avoir un lien retour sur ces sites. Le site malveillant se construit ainsi un référencement rapide avec des liens sur de nombreuses pages. Une technique qui possède donc le double avantage de générer des visites et de dynamiser le SEO !

Le spam referrer pollue vos données, car cette technique vient ajouter de fausses sources de trafic à vos rapports. Vous n’avez donc plus accès à une liste précise de vos sites référents, et la part de ce type de trafic est artificiellement augmentée, par rapport au trafic issu des moteurs de recherche ou au trafic direct… Il est donc important de bien identifier les différents types de spa referrer, de les repérer pour améliorer la qualité globale de vos données.

Les différents types de spam referrer

Intéressons-nous aux différentes techniques de spam-referrer et à la façon de les repérer dans votre compte Google Analytics.

On distingue deux grands types de spam-referrer : le « Ghost Referrer Spam » et le « Crawler Referrer Spam« .

Ghost Referrer Spam

Dans le monde du referrer spam, cette technique est la plus commune. Les pirates viennent truquer vos statistiques de visite en utilisant le Measurement Protocol, protocole qui, de façon synthétique, permet de dialoguer de manière brute avec Google Analytics et de lui envoyer de la data. C’est l’ID de tracking de Google qui sert à vous identifier et à vous envoyer des données parasites. Celles-ci sont visibles dans vos rapports de visites. Vous pouvez ainsi découvrir ces faux visiteurs dans Acquisition > Tout le trafic > Sites référents. Le ghost spam referrer sera rapidement visible car le trafic est théoriquement envoyé depuis des sites aux noms douteux, mais aucun nom d’hôte n’est spécifié. Logique, car en fait, aucun robot ni aucune visite réelle n’est effectuée. C’est un fantôme qui vous a rendu visite…

Crawler Referrer Spam

Le crawler referrer spam est très proche de la technique que nous venons de voir. L’objectif est d’ailleurs le même : simuler des visites dans vos rapports d’audience, et vous faire visiter le site en question. Mais la façon de procéder change. Ici, c’est un robot (crawler) qui va parcourir le web et aller à la rencontre de vos pages. A la différence des robots « classiques », comme ceux de Google, ces robots mal-intentionnés visitent tout votre site, même les pages que vous ne souhaitez pas voir indexées. Les informations de votre fichier « robot.txt » sont donc totalement ignorées. Un trafic artificiel est créé.

L’impact du spam referer sur votre trafic et votre référencement

Le spam referrer est une technique « Black Hat », c’est à dire mal intentionnée, qui exploite une faille pour améliorer le référencement. Votre site peut en être victime de cette technique black SEO et cela a des conséquences de plusieurs types :

  1. Vos rapports d’analyse sont faussés : si vous êtes victime de spam referer, alors vous allez voir dans les sites référents des url aux noms étranges. Ce volume artificiel de trafic généré par des robots peut totalement fausser vos rapports en gonflant vos statistiques. Heureusement, il est possible de supprimer ce trafic de sites spammers dans Google Analytics via un filtre. Vous pouvez aussi bloquer les robots via votre fichier .htaccess.
  2. Votre référencement peut être touché à long terme. En effet, si vous disposez d’une page qui donne accès à vos statistiques publiquement, ou qui affiche les dernières sources de votre trafic, alors vous faites un lien vers un site malveillant. Il y a fort à parier que Google sanctionne un jour ce lien retour vers un site clairement catalogué comme site de SPAM, et vous considère ainsi comme « complice ». Il s’agit d’une pure spéculation mais si vous avez un tel lien sur votre site, cela signifie que vous avez des failles de sécurité, que vous n’êtes pas sérieux ou que vous êtes spameur. Dans le doute, Google peut vous pénaliser alors que vous êtes victime !

Conclusion : allez fouiller dans vos rapports de visites pour identifier des sites référents malveillants et supprimez-les (via une intervention dans Google Analytics mais aussi on-site). Si vous faites des liens sortants vers ces pages, là encore, allez les supprimer au plus vite pour ne pas pénaliser votre référencement. Vous avez aussi la possibilité d’utiliser des techniques automatisées pour « filtrer » ce trafic néfaste. C’est le cas notamment dans Google Analytics si vous utilisez les segments personnalisés.

Utiliser Google Analytics pour éliminer le spam referrer

Le trafic issu du spam referrer possède une limite : les noms des sites associés à ce trafic faussé ont des extensions souvent identiques. Il est donc possible de regrouper dans un segment ces extensions, ou leurs caractéristiques les plus fréquentes, pour les exclure de vos rapports. Deux grandes possibilités s’offrent à vous pour faire le ménage dans vos rapports :

  1. Créez un nouveau segment et excluez tous le trafic provenant des sites que vous avez déjà croisé dans vos rapports. Choisissez notamment d’exclure les sessions dont la source contient l’extension « .xyz » ou encore « 2your.site », extensions clairement spammy. Ce paramétrage de segment demande un petit effort manuel, mais a le mérite de proposer un filtrage exhaustif. Ensuite, dans vos rapports de visite, vous pourrez choisir le segment précédemment créé. Vos rapports seront maintenant plus propres ;
  2. Deuxième solution : utiliser les expressions régulières ! Les expressions régulières permettent d’ajouter des paramètres pour filtrer le trafic, qui vont bien au-delà de la simple source. Vous pouvez exclure du trafic selon des extensions (.xyz), selon des noms de domaine (guardlink.com) ou selon des mots clés présents dans le nom de domaine (social, free, get, etc.).

Peu importe la méthode, sachez que ces solutions pour améliorer la qualité de votre trafic ne sont pas définitives. En effet, les url des sites qui utilisent le spam referrer changent. Il est donc important d’avoir un vrai suivi de la qualité de votre trafic dans le temps. Sollicitez pour cela Alphalyr et ses experts, qui nettoient vos rapports et vous aident à disposer de données pour prendre de bonnes décisions.

button

 

Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share