Back office et outils de webanalyse: amis ou ennemis?

Entre votre back office qui vous annonce des chiffres de ventes, et votre outil de webanalyse qui en annonce d’autres, mais aussi des écarts au sujet des produits vendus ou encore des canaux d’acquisition, vous en avez marre de devoir jongler entre les données non-cohérentes. Peut-être avez-vous déjà fait votre choix, et vous privilégiez l’un de ces deux outils. Vous vous contentez des statistiques affichées dans votre back office pour gérer votre performance, ou alors vous vous logguez tous les jours à votre compte Google Analytics, et vous devez fouiller pour trouver les métriques qui vous intéressent. Rien à faire, votre back office et votre solution de webanalyse sont des ennemis. Vous avez tort. Ce sont peut-être même les meilleurs amis qui puissent exister pour développer vos performances !

Une analyse approfondie passe par la complémentarité des outils

Très peu de back offices de CMS présentent des données de webanalyse complètes. Pourtant, le back office a des avantages. Il enregistre de façon précise les données liées à la production, et ce, de manière totalement indépendante des pages consultées ou du nombre de visiteurs arrivés sur votre site. Par conséquent, votre back office est incollable sur le nombre de ventes générées, et c’est à lui qu’il faut se référer pour gérer le stock, car il prend compte (notamment) les abandons de panier, et les commandes annulées.

Un outil de webanalyse comme Google Analytics, même très bien paramétré, présentera toujours des écarts avec les données de votre back office si vous ne vous focalisez que sur les données relatives au commerce électronique et la gestion des stocks. Il n’est pas en mesure de « remonter » la même information, du fait de son fonctionnement via un code de tracking, mais il peut apporter une autre information impossible à collecter avec le back office. C’est le cas par exemple de l’origine d’une vente, ou encore de la segmentation fine des canaux marketing qui ont mené à la conversion. Chacun, back office et outil de webanalyse, possède ses atouts. La solution ? La véritable analyse approfondie doit utiliser les données de l’outil de webanalyse ainsi que celles du back office. Il faut croiser les données et utiliser toutes les informations qu’apportent l’un et l’autre pour donner naissance à une vraie synergie.

Faire coexister back office et outil de webanalyse

Pour que la cohabitation entre votre back office et la solution de webanalyse que vous avez implémentée se passe bien, il ne suffit pas simplement de compiler toutes les données en un seul endroit. Il faut optimiser le fonctionnant de chacun, pour que la complémentarité se fasse jour.

  • Avec Google Analytics, les écarts observés (par rapport aux chiffres du back office) peuvent tous être expliqués. Il faut gommer les incertitudes, et essayer de tendre vers un écart optimal (moins de 10%). Réduire l’écart au maximum est important, mais c’est surtout la compréhension des écarts de données qui est la clé, pour ne pas laisser de zones d’ombre dans la prise de décision ;
  • Une fois ce « toilettage » effectué, il faut penser complémentarité et synergie des analyses. L’outil de webanalyse doit devenir un véritable allié, non pas pour remplacer ou challenger votre back office, mais pour disposer d’une étude complémentaire.

Chacun, back office ou outil de webanalyse, à sa spécialité et apporte une valeur ajoutée. Servez-vous de la puissance de votre outil de webanalyse pour en faire un lieu de croisement des données, et cessez d’opposer ce dernier avec votre back office. Tous les deux sont là pour vous aider à atteindre vos objectifs, alors tirez le meilleur des deux outils.

Twitter
Visit Us
Follow Me
LinkedIn
Share